Forum Moto Le Mans

Bienvenue à toi invité sur ce beau forum local de moto: www.MotoLeMans.com.

Sur ce site dédié aux motards sarthois, on discute de sujets motos actuels, on fait des balades sympathiques en groupe etc.

Ici règne une ambiance cordiale et amicale.
Donc si tu en as marre de rouler seul n'hésite pas.

Tout est gratuit et il n'y aucune obligation.. à part celle d'être passionné par ton deux roues ^^

Inscris-toi et présente-toi, on t'attend! Smile

A tout de suite Wink


AccueilPortailS'enregistrerConnexion
Hello Invité!!!................................... un devis moto ? avec SMC ? : http://www.devis-assurancesmotos.com/produits.htm#..................

Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet
 

 CR O3Z Carole Oct 2009

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: CR O3Z Carole Oct 2009   Jeu 13 Mai - 10:44 Partager-

un autre ptit CR pour partager ce moment et vous encourager à nous rejoindre Running



Carole 2009 : 4h O3Z
Après Le Vigeant, nous envisagions de rester sur cette fin de saison sans précédents, et de réaliser quelques roulages pour tester les sensations de freins et d’entrée en courbe. La course O3Z des 3 et 4 Oct nous tentait bien, mais le risque de rouler sous la pluie était grand, d’autant plus que la précédente édition avait été plus qu’humide….Finalement, nous nous inscrivons 2 semaines avant l’épreuve ! Carole a toujours une sensation particulière : nous connaissons le tracé et pouvons rentrer chez nous tous les soirs 
Jeudi : Nous arrivons vers 18h30 avec Julien, notre fidèle mécano/chrono/ravitailleur, aussi appelé Docteur Zen pour son flegme à toute épreuve, afin d’installer et de fixer la barnum le plus proche possible de la piste, dans le paddock central. C’est la première fois que nous le réinstallons après qu’il est tenté de jouer les cerfs volants à Poitiers. Grâce à des bases en pierre, nous le fixons solidement. je prends tout à coup conscience que nous sommes entouré de 4 cylindres : c’est ma première course de ce type, la seconde pour Jean…
Vendredi : Après avoir pris connaissance des nombreux roulages disponibles le Vendredi, nous arrivons avec Jean et Julien en fin de matinée. Je partirai le premier, vers 14h. Habitué des roulages d’été, Jean n’a pas pris les couvertures, la température est fraiche. Je m’attarde dans le barnum de notre voisin, aux couleurs d’Harley. Ils avaient participé il y a 3 ans aux 300 Miles avec un gros roadster de la marque US. Ils rouleront sur des Honda, « la différence avec les twins étant trop importante, il vaut mieux ne participer qu’à des courses de bicylindre » me confie-t-il. Voilà qui est fait pour me rassurer !! Je m’élance prudemment, comme à mon habitude pendant 2 tours, pour ma première confrontation avec des 4 cylindres. Ça roule vite, très vite, et trop de bruit. Au début du troisième, dans le gauche de la descente, je sens l’arrière glisser légèrement, anormalement, ce qui suffit à me refroidir pour le reste de la séance. A mon retour, Jean considère que la moto est réglée trop dure. Il s’élance à son tour et confirme ce diag. Il constate également la fraicheur de la piste : les couvertures seront là demain ! Je m’élance pour ma seconde séance et reprends peu à peu mes marques, loin des chronos réalisés quelques mois plus tôt malgré tout. Jean s’élance à son tour et rencontre les mêmes problèmes de freins que quelques mois plus tôt. Nous nous trouvons également face à des soucis pour de réglage de l’arrière. Nous n’avions envisagé que 2 séances chacun, la journée est finie. Pourtant, Jean me propose une dernière sortie : j’ai envie de refuser, l’appréhension, j’accepte pourtant : je dois rouler et reprendre mes repères. Il y a peu de moto, la température est plus douce, les pneus chauffent correctement, je réalise un 11, à une seconde de mes meilleurs chrono : satisfaisant.
Samedi : Je partirai le premier, prudemment com’ d’hab : il ne s’agirait pas de casser la moto aux essais. Je réalise un 11, en étant gêné par un 4 cylindre que je n’arrive pas à doubler. Jean s’élance à son tour mais ne sent pas la moto ; il réalise malgré tout un gros 9. Nous décelons une petite fuite sur les étriers, ce qui expliquerait le manque de constance des freins. Nous changeons les joints et resserrons le tout. Nous récupérons les feuilles de chrono du matin et constatons que nous sommes fond de grille sur l’ensemble des motos, soit Finale B. Cette précision est importante, car Finale B = départ à 8h30 ! Je constate également que notre premier podium est à notre portée ; en effet, il y a un podium par catégorie, nous ne sommes que 7 bicylindre sur 46 motos, réparties dans 2 Finales. Un rapide calcul nous permet de noter que 9 motos sont à notre portée pour participer à la Finale A. Il va falloir que je me secoue, pour la première fois en séance qualif…ce qui veut dire prendre plus de risque et « sortir de ma zone de confort » comme aime souvent me rappeler Jean. Bien…bon…mode d’emploi : la Chasse ! Il n’y a que ça qui me permette d’oublier le chrono et de me concentrer sur mon pilotage. En revanche, dans cet exercice, pas question d’être bouchonné, il faudra doubler ! Bertrand nous a rejoint avec un ami, ainsi qu’un collègue de la société qui m’emploi : il faut faire bonne figure. Je m’élance, prends bien soin de laisser chauffer les pneus, monte peu à peu le rythme et attrape une roue, c’est parti !! Je double quelques motos, à l’accel, aux freins, je suis dans le coup. Alors que je gagne du terrain sur la moto que je chasse, je perds l’arrière dans le « gauche qui tue », le passage le plus lent du circuit. En effet, un 1000 de 139 ch demande un certain doigté à la ré-accélération  . L’arrière décroche franchement, plus que d’habitude, déclenchant une alerte immédiate dans mon cerveau : la sensation de glisse est plutôt agréable en général, jusqu’à un certain angle entre l’arrière et l’avant. Là, j’ai dépassé cet angle m’obligeant à rendre la main immédiatement et à me concentrer sur la récupération de la belle pour éviter la chute. J’y parviens en coupant les gaz et en la laissant mourir dans l’herbe puis dans le bac à graviers. Ouf ! je suis sur mes roues, c’est l’essentiel. Je repars et parviens à me remettre dedans dès le tour suivant, cool ! Fin de la séance, le chrono affiche un 10, c’est bien. Les freins ne fuient plus, Jean peut se préparer sereinement : il va pouvoir envoyer du lourd ! Température clémente, couverture chauffante, le voilà parti ! Il signe rapidement un bon chrono et finit tranquillement sa séance, certain d’avoir fait le chrono suffisant. En effet, si ce n’est qu’habitué des règlements DCF, qui qualifie la moto par le meilleur temps des 2 pilotes, nous n’avons pas pris soin de constater que, lors de cette course, c’est la moyenne des deux pilotes qui place la belle sur la grille. J’ai comme un mauvais préssentiment…Les feuilles définitives sont distribuées, le verdict tombe : nous sommes en pôle de la Finale B ! Un sentiment de déception m’envahit : si nous sommes à notre niveau, nous visions la Finale A, pour rouler avec les meilleurs, tenter de les suivre et surtout, profiter d’un départ à 14h. Il faut se faire une raison…J’annonce à Jean que je ne prendrais pas le départ en pôle, hors de question ! Au fait, comment prend-on un départ quand la piste est à 10° ? Nous avons la nuit pour y penser…
Dimanche – 7h30 : Nous arrivons sur le circuit, que c’est tôt ! Ma petite femme m’accompagne, notre fidèle Team Mger est au rdv, malgré cet horaire plus qu’inhabituel pour un Dimanche matin, ainsi qu’Emmanuel, passionné de moto et excellent photographe, et son amie. Nous chargeons la remorque et nous rapprochons des stands : et oui, notre emplacement est le premier, nous sommes en pôle . Jean se prépare, la moto est prête, l’équipe aussi. Jean rejoint la grille et se place en première ligne pour les 2 tours de chauffe. Il part prudemment : la température est douce malgré l’horaire, mais la piste est froide. Il finit ses 2 tours tranquillement et semble prendre un malin plaisir à passer entre les concurrents arrêtés pour rejoindre sa place. « prends pleins de photos » me lance-t-il ! En effet, il convient d’immortaliser l’évènement, cela ne se reproduira peut-être pas de si tôt. Les commissaires évacue la piste, le départ va être donné dans quelques secondes, Jean est concentré. Feu vert ! Il prend un bon départ, reste en tête jusqu’aux freins ou 4 motos le passe, puis une autre dans le sinueux et encore une dans la parabolique, ils sont fous ! Malgré les pneus froids, ils attaquent comme des buz ! A la fin du premier tour, nous sommes 12è. Je ne suis pas inquiet, il va doucement augmenter la cadence et revenir sur ceux qui l’ont doublé. Je commence à me préparer. En fait, je préfère prendre les départs car l’attente dans les stands est insupportable. Je rentre dans ma bulle, je me concentre. JC, notre Team Manager, nous avait bien dit que, pendant les 2 premières heures, afin de ne pas se mettre une pression inutile, nous ne regarderions pas notre classement. C’était compter sans notre instinct de compet’ : Lorsque Jean commence sa remontée, JC fonce vers le chrono officiel : nous sommes dans le top 5 après une vingtaine de minutes de course. En effet, tous les concurrents qui courent à « l’américaine » prennent 2 tours de pénalités pour équilibrer les temps de ravitaillement des autres concurrents dont nous faisons parti. Jean finit son relais, nous sommes 3è. Dès le départ, sur le papier, nous savons que le podium twin est plus que jouable : nous ne sommes que 5 et nous sommes les plus rapides. Le ravitaillement se déroule sans encombre, je m’élance à mon tour. Les pneus sont chauds, il ne me reste qu’à me mettre dans le rythme. C’est le cas après quelques tours, je rattrape d’autres concurrents que je double aux freins pour certains, à l’accel en sortie de parabolique pour d’autres. J’aperçois soudain un drapeau que je traduis d’abord comme « pace-car ». Quelques gouttes de pluie sur mon casque corrige cette première traduction : il s’agit d’un changement d’adhérence. Je rends la main et prie tous les dieux qu’il ne pleuve pas ; je ne veux pas rouler sous la pluie !! Cette légère averse passe et je reprends mon rythme. Je rattrape un kawa vert qui accélère plus fort et freine plus tard et plus fort. Sa vitesse de passage en courbe est en revanche plus faible que la mienne, il tourne en 11 alors que je suis en 10, et quelques 09. Il se retourne à plusieurs reprises, je suis dans sa roue, il doit entendre le bruit rauque du bicylindre et se demande où et quand je vais le passer. 1, 2, 3 tours, je n’y parviens pas, je n’ose pas. Au 4è tour, je suis dans ses roues à la sortie d’Hôtel et nous nous apprêtons à doubler un attardé à Alpha. Je choisis l’intérieur, il choisit l’extérieur : l’attardé à dû nous entendre arriver, il a choisit de s’écarter et tasse le kawa sur l’extérieur me laissant le champ libre pour passer les 2 à l’inter ! Ok, je suis devant, mais il freine plus tard et accélère plus fort, il faut donc que j’envoie un bon coup pour ne pas qu’il me repasse à Golf ou à Hôtel. Dont acte, je signe un respectable 09 et le relègue à quelques longueurs. Je finis mon relais en découvrant la joie d’être dans les 3 premiers et de voir les commissaires présenter aux autres concurrents le drapeau bleu, habituellement pour moi, lorsque la tête de la course revient sur les attardés. Certains jouent le jeu franchement, d’autres plus difficilement. Je rentre aux stands prudemment, le ravitaillement se déroule sans encombre et Jean repart…un peu vite : 1er avertissement des commissaires pour vitesse excessive… à peine descendu de la moto, je m’approche de l’entrée des stands pour saluer l’épouse de Jean, sa fille et son beau-frère venus nous rendre visite. Ce dernier me salue avec un grand sourire et me félicite : nous sommes 1er ! Nous sommes en tête de la course après 2h !!! Il n’en fallait pas moins pour booster Jean, il claquera son meilleur chrono en 07, régul en 08 : bravo l’artiste, tu es au sommet de ton art . Philippe, le Président d’Hexagone, l’association dont nous faisons partis, nous a rejoints dans les stands. Je le salue et me pose sur ma chaise pour me détendre. Je me replonge dans le relais que je viens d’effectuer pour ne pas penser au classement et rester bien concentrer sur mes traj et le rythme dans lequel j’étais. Un ptit pipi, un ptit tour à l’écran de chrono officiel, ça fait tout drôle de se voir tout en haut de l’écran , et hop, de retour sur ma chaise pour me détendre et me replonger dans ce relais que je viens d’effectuer. Je dois comprendre les raisons pour lesquelles j’ai eu tant de mal à doubler cette kawa. Tout à coup, une inquiétude me vient : et si les plaquettes ne tenaient pas la durée de la course ? En effet, nous roulons l’un et l’autre plus vite, et Carole est avant tout un circuit de freins. Cette inquiétude m’obsède : dès que Jean revient, penser à lui demander de vérifier les plaquettes ! C’est la fin de son relais, il rentre au stand. Je lui demande sans attendre de vérifier les plaquettes, cela prend tout de même quelques dizaines de secondes…il me lance juste avant de partir : « pas de gros freinage ! » sans plus d’explication…Il n’en fallait pas plus pour me rassurer : Carole est LE circuit de freins et je ne dois pas freiner trop fort !! Je ne parviens pas vraiment à rentrer dans le rythme, les freins n’ont pas le mordant habituel, il faut faire avec, j’assure un 11/12 régul qui a pour effet de me faire doubler par plus de concurrents que lors du premier relais. La fatigue se fait sentir et les chutes se font plus fréquente : un concurrent perd l’avant devant mes roues à Golf sans raison apparente, un autre perd l’arrière à la sortie de Golf, déclenchant l’entrée du pace-car pour 5 tours. D’autres chutes interviendront dont une impliquant plusieurs moto, toujours à Golf, ayant pour conséquence le drapeau rouge et l’arrêt immédiat de la course. Pas de tour d’honneur, pas de drapeau à damiers, flute ! 2è déception, je pensais que nous étions 1er, nous sommes finalement 2è scratch….et 1er Twin !! 2 podiums d’un coup, et sur le circuit sur lequel nous avons débuté quelques années auparavant lors d’un stage de pilotage…Sympa cette sensation où tous les photographes vous mitraillent, je comprends qu’on puisse y prendre goût ! La saison ne pouvait pas mieux finir. De retour au stand, je propose à Jean de démonter les plaquettes pour constater l’état d’usure : le verdict est sans appel, il était tant que cela s’arrête : il n’y a plus de garniture sur une plaquette, le disque est entamé…Notre belle trône fièrement dans le paddock, avec les 2 coupes sur la selle  2009 s’achève, vive 2010 !! Merci à toutes celles et tous ceux qui nous ont assistés et supportés cette année 






[img][/img]

[img][/img]

[img][/img]



[img][/img]
Revenir en haut Aller en bas
 

CR O3Z Carole Oct 2009

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum Moto Le Mans :: Zone de vitesse et d'acrobaties :: Pour les pistards :: Compte rendu-
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit